Des agriculteurs qui s'engagent

Le 07.04.2014
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
© R. Preudhomme | MNHN

Depuis mon arrivée en juin 2013, je n'avais pas encore mis en avant l'observatoire agricole de la biodiversité (OAB) et pour cause, c'était la pleine saison. Depuis, Rose-Line qui anime le réseau à Vigie-Nature a rendu public les premiers résultats de la troisième année de l'observatoire.

Chaque année, plus de participants

Alors qu'en 2011, les exploitations impliquées se dispersaient dans 22 départements. En 2013, leur nombre doublait puisque 42 départements sont désormais concernés par cet observatoire un peu particulier. 344 exploitations se sont ainsi engagées à suivre la biodiversité au sein de leurs parcelles l'année dernière (les protocoles sont à découvrir ici). Les types de culture des parcelles étaient ainsi répartis :

Des agriculteurs innovants

Grâce à un réseau d'animateurs motivés qui ne cessent de s'étendre, les agriculteurs viennent aux réunions de présentation « pour voir » et... repartent pour s'impliquer ! Parce que l'agriculteur est un expérimentateur ! En effet, qui, mieux que lui, connaît et peut tenter, innover autour et sur ses parcelles ?

Un réseau, des résultats à partager

L'OAB fonctionne un peu comme un accélérateur de connaissance. En suivant les protocoles de suivi des populations de vers de terre, des papillons, des abeilles et des invertébrés, les participants se questionnent sur leurs pratiques et sur les résultats qu'ils observent chez eux. Ainsi, a-t-on demandé à Rose-Line « pourquoi est-ce qu'au début du printemps, je n'ai pas observé d'abeilles dans mes nichoirs ? ». A l'échelle de l'exploitation, il était impossible de répondre. Mais grâce à la participation d'autres agriculteurs, Rose-Line a pu montrer que le printemps tardif de 2013 avait décalé la date de ponte des abeilles.

Le sol, les haies, les paysages

Autre résultat : les éléments du paysage qui bordent les parcelles comme les fossés, les haies, les lisières de bois, augmentent le nombre d'insectes pollinisateurs mais le « zéro »bordure entre parcelles cultivées leur est le moins favorable. Question vers de terre, ces derniers sont sans surprise plus abondants en prairie et dépendent largement du travail du sol. En grande culture, le semis direct préserve efficacement les populations de vers de terre mais dans ce type de culture, il est à noter que les herbicides sont aussi largement utilisés.

Apprendre, comprendre et persévérer

« Alors, que faut-il que je fasse pour m'améliorer? » se demandent les agriculteurs participants à l'OAB. « Si je plante comme -ci, aurais-je ce résultat? » Evidemment, les êtres vivants ne s'apprivoisent pas dans un claquement de doigt et la nature prend son temps. Il est donc difficile de constater les résultats d'une pratique en une année. Cependant, dans l'équipe de l'OAB, on développe des outils informatiques pour que les observateurs, à l'aide des animateurs du réseau, puissent interpréter leurs données à l'avenir.

Se positionner par rapport aux autres

L'avantage de cette science participative, c'est qu'elle profite à tout le monde ! Avec les données envoyées par chaque agriculteur, Rose-Line calcule des valeurs sur la diversité et l'abondance des espèces à l'échelle nationale. Du coup, chaque agriculteur peut ensuite comparer ses propres résultats aux nationaux et se dire « j'ai pas beaucoup d'espèces mais elles sont abondantes » par exemple. Mais le must pour l'avenir sera de pouvoir comparer ses résultats liés à sa pratique ou son type d'exploitation à ceux qui utilisent les mêmes !

Y'a de quoi donner envie de tenter l'aventure, non ?

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 7 avril 2014

Pour s’abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

Des NEWS pour les entomologistes

→ Le Suivi photographique des insectes pollinisateurs SPIPOLL (un programme du Muséum et de  l'Opie) est à Drancy du 3 au 8 avril 2014 pour l'exposition de photographies animalières, latitudes animales.

→ Pour les belges, notez qu'aura lieu du 29 avril au 11 mai 2014, à l'Université de Liège, "Insectopolis, le festival de l'insecte". http://www.events.gembloux.ulg.ac.be/festival-insecte/

Liens :