Entre terre et mer, des forêts d'algues

Le 18.05.2015
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Bord de mer à marée basse en vue aérienne, Manche (50) © Francis Cormon | http://www.photo-paramoteur.com/

Les forêts tropicales sont un lieu de production de matière vivante ÉNORME. Ça grouille, ça pousse, sur l'un, sur l'autre, ensemble. Ça se recycle, ça se mange et ça se reproduit. Tout cela avec un nombre incalculable d'espèces.

Une production primaire encore PLUS énorme

Je viens d'apprendre par Éric Feunteun, responsable scientifique de l'observatoire BioLit animé par l’association Planète Mer, que les forêts et prairies d'algues marines situées sur nos côtes bordées par l'Atlantique et la Manche produisent autant voire plus de matière vivante !

Dans la machine à laver naturelle

La houle ne leur fait pas de cadeau. Arrachées, ballottées, plaquées contre les rochers, ces algues brunes, vertes ou rouges ont la vie dure. Et c'est pourtant , dans cette machine à laver naturelle, qu'à force d'être dégradées en petits morceaux jusqu'à la particule microscopique, qu'elles fournissent de la nourriture à une ribambelle d'organismes filtreurs. Moules, coques, éponges se régalent d'algues en mélanges !

Laminaires © Yves Gladu | Parc naturel marin d'Iroise

Le couple algues-bigorneaux

Parce que contrairement à ce que l'on pourrait penser, les bigorneaux rencontrés à leur côté ne les mangent pas. Non, ils y habitent. Ils ne les mangent pas parce que vivantes,elles sont tout simplement impropres à la consommation : elles fabriquent des substances répulsives. En revanche, à la surface de leur fronde (leur feuille en quelque sorte) se développe une substance gluante concentrée en micro-organismes et bourrée de sucres et de protéines dont se nourrissent les bigorneaux.

Une forêt tropicale microscopique

Mais revenons à nos algues broyées en mélanges. Passées dans le tube digestif des filtreurs, elles se voient transformées en azote assimilable pour le phytoplancton, composé de très nombreuses espèces de micro-organismes capables de photosynthèse. C'est qu'est la forêt tropicale ! À l'échelle miniature, invisible à nos yeux, mais une forêt qui se multiplie très vite !

Bécasseau sanderling © David Hemery | Association grumpy nature 

Les laisses de mer 

Éric suppose aussi que l'on ne prête pas assez d'importance aux tas d'algues arrachées par la houle et qui s'échouent sur les plages avec les marées. Ces tas appelés laisses de mer font partie du cycle des « forêts tropicales miniatures ». Or, sur beaucoup de plages, on les évacue par souci de « propreté ». On brise donc le cycle.

Alors pourquoi vous parler de ces forêts d'algues ?

Régis Gallon et et Marine Robuchon qui ont travaillé avec l'équipe d'Éric Feunteun a récemment montré qu’avec la hausse de la température de surface de 0,7°C entre 1992 et 2012, les communautés d'algues rouges ont évolué sous la forme d'assemblages d'espèces différentes sur les côtes bretonnes (ici l'article en anglais). On peut donc tout à fait supposer que le changement climatique modifie « la forêt tropicale miniature ».

Ce que l'on voit, c'est la roche

De plus, la roche s'agrippent les algues vertes, brunes et rouges a son importance. Et c'est d'ailleurs plutôt ce que l'on retient de nos balades en bords de mer. Le paysage rocheux. La couleur, la forme, la dureté des rochers... Ils n'accueillent pas forcément toutes les espèces d'algues. Cela dépend aussi de leur position par rapport au rythme des marées et à l'exposition au régime des houles. Et de cette position dépendra celle des algues. Sont-elles plutôt côté mer ? Côté terre ? Gros blocs ? Ou rochers fissurés ?

© Mairie de Port-en-Bessin-Huppain

 

L'estran est un subtil mélange de vie et d'inorganique.

Les mots d'Éric

« Avec BioLit, nous cherchons à comprendre la distribution des algues brunes et des bigorneaux qui y sont associés afin de la mettre en relation avec les conditions environnementales que sont la roche, la fréquentation de l'estran, etc. dans tout l’ouest de la France»

En bref, un pas vers la compréhension d'une forêt tropicale miniature située à notre porte... ou à notre portée ?

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 18 mai 2015

Pour s’abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

 

Retrouvez BioLit lors de la Fête de la nature :

  • au Jardin des Plantes du Muséum national d'Histoire naturelle. Les infos ici
  • lors d'une sortie le 23 mai à Dinard, plage de Saint Enogat de 16h00 à 17h30. Contact : tristan.dimeglio@planetemer.org
  • dans d'autres communes de bord de mer, en cliquant ici
  • et lors d'un week-end découverte sur l'île de Tatihou (Manche) avec le Muséum national d'Histoire naturelle, les informations sont ici. L'inscription .

 

→  Le 3ème forum ouvert « changements climatiques et milieux marins » aura lieu le Mardi 9 Juin à Marseille, au Conseil régional Provence Alpes Cote d'Azur. Pour s'inscrire c'est .