La botanique, un antidépressif naturel et utile !

Le 22.05.2017
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Apiacée © Augustyn Batko | Flickr

« Pas besoin d’aller dans un jardin botanique pour apprendre à reconnaître les plantes ! » Oliver Pescott est un botaniste averti spécialiste des mousses au Royaume-Uni. Avec lui, le meilleur moyen pour s’y mettre, c’est de débuter en ville !

D’abord arpenter les pavés….

Responsable du « Vigie-flore » anglais, le National plant monitoring scheme, il m’a dit avoir appris la botanique dans les rues, parcs et jardins. En commençant par apprendre le nom des arbres plantés dans les rues… « A Paris, vous avez de quoi faire ! » Ça tombe bien, l’observatoire participatif Sauvages de ma rue vous permet de vous y mettre en douceur en apprenant à reconnaître les plantes sauvages dans les rues…

© Ingrid Hedbavny | Flickr

Explorer les lieux insolites

Une fois que les pavés n’auront plus de secrets pour vous, vous pourrez toujours vous aventurer dans les friches urbaines ! « D’après les relevés Vigie-flore, les friches présentent une incroyable diversité végétale » m’a assuré Audrey Muratet, botaniste à Natureparif.

Les friches, ces grandes inconnues

Lors de la journée de rencontres des botanistes amateurs de Vigie-flore le 6 mai 2017 (ici les documents), Audrey a pu notamment expliquer que les friches sont complémentaires des espaces verts pour la biodiversité urbaine. Elles constituent des refuges pour les espèces, animales et végétales, moins adaptées à la ville et participent à connecter des milieux « plus sauvages » comme les forêts.

La danse des friches

Mais en espace vacant, abandonné, ou en attente de construction, la friche n’est-elle pas destinée à disparaître, lui ai-je demandé ? « Oui, les friches ont leur dynamique. L’enjeu est d’apprécier celles qui ont un rôle important dans la connexion entre ces espaces riches en espèces afin de les conserver le plus longtemps possible ».

Une danse qui s’éteint

« Les données de Vigie-flore montrent cependant que la diversité végétale des friches diminue depuis 2009 et les données de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme révèlent que la surface occupée par ces milieux en Île-de-France a baissé de moitié en 30 ans ». Serait-ce à relier avec les politiques de densification urbaine ? « C’est probablement lié au projet Grand Paris » m’a répondu Audrey (lire ici des résultats de projets de recherche sur la densification douce ici).

Richesse moyenne en espèces végétales en fonction des années © Audrey Muratet

 

© plind | Flickr

La Vigie-flore attitude

Quant à ceux qui veulent sortir des sentiers urbains, adoptez la Vigie-flore attitude et rejoignez les 300 botanistes volontaires réparties en France métropolitaine !

La dynamique des plantes à l’échelle de la France

Avec les 3 000 placettes de 10 m² suivies, Emmanuelle Porcher, responsable scientifique de Vigie-flore au Muséum national d’Histoire naturelle montre que le fromental élevé (Arrhenatherum elatius) est par exemple de plus en plus fréquent (lire la botanique, c’est fantastique !) alors que le trèfle rampant (Trifolium repens) diminue sensiblement d’année en année (relire Contribuez à la production en nectar utile ! Laissez fleurir les trèfles !).

Trifolium repens © akashirokiiro | Flickr

Suivre les plantes au cours du temps, c’est comprendre comment agit la modification du climat

Si les causes de ces modifications sont encore inexpliquées, à l’échelle des communautés de plantes, Gabrielle Martin, coordinatrice de l’observatoire, montre que la température optimale moyenne des plantes sauvages observées dans une placette augmente depuis huit ans et c’est probablement lié au changement climatique.

Les communautés végétales sont de plus en plus composées d’espèces de plus en plus tolérantes aux fortes températures depuis 2009 © Gabrielle Martin | MNHN

Un antidépressif naturel !

Vous l’aurez compris, la botanique peut vous mener très loin ! Oliver m’a même raconté qu’une participante anglaise lui a révélé être sortie de la dépression grâce à sa participation au Vigie-flore et au suivi des papillons anglais….

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 22 mai 2017

Contact : lisa.garnier@mnhn.fr

AGENDA

--> Des sorties botaniques sur des mailles Vigie-flore sont organisées en Dordogne, le samedi 27 mai, et dans la Vienne, le samedi 3 juin. Toutes les informations sont là pour vous inscrire !

--> La 2ème Rencontre des relais Sauvages de ma rue aura lieu en région Rhône-Alpes le 3 juin 2017 au RIZE de Villeurbanne. Les infos sont là et les inscriptions ici.

--> Les Journées nationales Sciences Citoyennes Flore organisé par Tela Botanica auront lieu le 4 et 5 juillet 2017 à Montpellier. Le programme est collaboratif, retrouvez les infos ici.

ACTUALITES

Le bilan Florilège-prairies urbaines est disponible ! Lisez-le là !

EDITION

--> La Flore des friches urbaines, 2017. Audrey Muratet, Myr Muratet, Marie Pellaton, Edition Xavier Barral. Disponible en librairie à partir du 1er juin 2017.

--> Le souci de la nature. Apprendre, inventer, gouverner, 2017. Cynthia Fleury et Anne-Caroline Prevot, CNRS Edition.