Les chauves-souris font leur colloque

Le 18.04.2016
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Genre Taphozous © Kevin Standage | kevinstandagephotography.wordpress.com/

Du 24 au 27 mars 2016, les rencontres nationales chauves-souris de la la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères fêtaient leurs 25 ans à Bourges. Grâce à l’énergie du Groupe Chiroptères National et de Laurent Arthur et Michèle Lemaire du Muséum d’histoire naturelle de Bourges, la ville toute entière s’est mise à la portée de ces petits mammifères avec spectacles, animations et expositions à l’appui.  

De 50 à ses débuts à 450 participants aujourd’hui

« Les rencontres de Bourges, c’est maintenant près de 450 personnes inscrites ! » m’a relaté Julie Marmet, chargée de mission sur les chiroptères dans notre laboratoire Cesco. « Avec des naturalistes, bénévoles ou professionnels, des chercheurs, des représentants des structures de l’Etat, des curieux… On s’y échange des résultats, des pratiques, des expériences, des techniques. De mon point de vue, c’est un moment unique pour tisser des liens entre le monde naturaliste et la recherche».

Décortiquer ce qui existe

Pour sa part, Julie, est venue proposer d’étudier les données de capture collectées par les naturalistes sur l’ensemble de la France depuis les années 1990. Grâce à la participation d’un bon nombre de Groupes Chiroptères, elle a pu rassembler à ce jour 63 142 données, soit 35 345 heures de capture !  

Vespertilion à moustaches © Thomas Darnis

 

 

Les chauves-souris en montagne

A partir de ces données, le doctorant Kevin Barré et le chargé d'études pour la LPO Rhône-Alpes Arthur Vernet ont déjà pu mettre en évidence qu’à partir de 500 mètres d’altitude, les mâles de Pipistrelle commune deviennent de plus en plus fréquents.

Patchwork des thèmes abordés

Gîtesterrains de chasse, pollution lumineuse, suivi des aménagements routiers et impact des éoliennes ont été les nombreux thèmes abordés lors de ces journées. Mais on y a aussi parlé des virus ainsi que des chauves-souris comme auxiliaire des cultures et  bio-indicateurs. Rodolphe Majurel du Conseil Général de l’Hérault est venu présenter le programme d’installation de nichoirs à chauves-souris dans des vignes du Languedoc-Roussillon (ici une fiche d'explication) et Yohan Charbonnier ses recherches sur la prédation des chenilles de la Processionnaire du pin (relire ici). 

© Florence Matutini

Cirque de Cilaos - La Réunion © Philippe B. | Flickr

Les chauves-souris d’ici et d’ailleurs

Les chauves-souris d’Outre-Mer n’ont pas été oubliées. À la Réunion, le mystère demeure quant à la présence de deux espèces inconnues sur l’île. En revanche, le chercheur Sébastien Puechmaille a levé le doute sur la maladie qui affecte certaines espèces de chauves-souris nord-américaines : le syndrome du nez blanc, responsable de la mort d’un million d’individus. Ce champignon provient bien d’Europe de l’Ouest les chauves-souris s’en accommodent (Pour en savoir plus, lire ici). 

© Florence Matutini

Des individualités

Enfin, la chiroptérologue Florence Matutini qui a travaillé sur le Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum) et le Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus) en Camargue est venue avec un résultat très intéressant. Elle a montré que les chauves-souris d'une même colonie n'ont pas les mêmes comportements de sélection d'habitat. Un habitat peut paraître "sans intérêt" pour la colonie mais est en fait "important" pour certains individus. En terme de conservation, cela montre qu'il ne faut pas protéger un seul habitat mais plusieurs.

Et puis, les rencontres de Bourges sont aussi le bon moment pour parler d’éthique. Ce n'est pas toujours facile de trouver le bon compromis entre le dérangement occasionné pour marquer les bêtes et l’amélioration des connaissances afin de les protéger !

© Rich Brooks | Flickr

Rendez-vous en 2018 pour les prochaines rencontres chauves-souris à Bourges ! D'ici , j'aurai eu l'occasion de vous parler de l'intense travail de collecte et de l’analyse des données sur les gîtes d’hibernation, les grottes, les mines et les carrières des populations de chauves-souris permettant à la France de participer au prochain bilan européen.

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 18 avril 2016

Pour s'abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

Vous pouvez participer à une enquête sur le chat domestique ici

--> Vous n'aimez pas les chats mais les poissons ? Une autre enquête qui cherche analyser le lien entre la « beauté » des poissons de récifs tropicaux et leurs différentes caractéristiques biologiques vous est proposé .

Un grand MERCI à Kevin Standage pour sa photographie d'ouverture de l'article ! Son blog de photographies de voyage est à visiter ici