Opération Adieu !

Le 18.09.2017
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Mésange bleue © Vincent BASSO-BERT | Flickr

Cet été, j’ai découvert que les fleurs de menthe sont assaillies par une ribambelle d’insectes pollinisateurs. Pour les amoureux des papillons, c’est un régal ! J’y ai aussi observé une guêpe très élégante, vêtue d’un fourreau noir.

Isodontia mexicana © JPF Photos | Flickr

Quelle est cette guêpe ?

Comme d’habitude, les collections du Suivi Photographique des Insectes Pollinisateurs (Spipoll) m’ont aidée à déterminer la bestiole : Isodontia mexicana. Une bestiole venue d’Amérique du Nord….

Une guêpe dont la répartition suit la hausse des températures

En cherchant un peu (lire là et ), j’ai appris qu’elle est arrivée dans le sud de la France en 1961 et que depuis, elle « grimpe » vers le Nord. En 2010, elle était en Belgique. Sa répartition française est bien décrite grâce aux participants du Spipoll. Comme elle ne s’attaque qu’à des sauterelles, elle n’a pas du tout la même aura que le frelon asiatique !

Répartition des observations de Isodontia mexicana en France © Inventaire National du Patrimoine Naturel | MNHN

Oiseaux, où êtes-vous ?

En parlant d’aura, les oiseaux ont vraiment la côte ! Et je remercie les 15 500 lecteurs du post « où sont passés les oiseaux des jardins ? » J’aurais souhaité écrire la suite à l’aide de l’éclairage des chercheurs Frédéric Jiguet, Pierre-Yves Henry et bien d’autres mais il est temps de le dire : après quatre ans d’écriture, ceci est mon dernier billet sur Vigie-Nature !

Des lecteurs toujours plus nombreux !

Je suis heureuse que plus de 50 000 lecteurs soient venus chaque année lire un article sur le blog pour s’informer, apprendre, découvrir, s’amuser, rire, rouspéter, s’attrister, se questionner, s’émerveiller, s’identifier, s’investir et agir !

Testacelle commune avec sa micro-coquille à son extrémité © Mark Gurney | Flickr

On en découvre tous les jours !

Très récemment, un lecteur m’envoyait une photographie d’une limace non identifiée. Grâce à la détermination de notre malacologue, Benoît Fontaine, j’ai découvert la Testacelle commune (Testacella haliotidea). Un mollusque vivant sous terre, passant sa vie à manger des vers de terre : un carnivore sous-terrain ! Un prédateur de l’ombre ! Je m’en suis mordue les doigts de ne pas avoir assez de temps pour vous la faire découvrir…

So long !

Je vous souhaite encore de belles années d’émerveillement et d’actions participatives afin de rendre notre cohabitation toujours plus épanouie avec les espèces sauvages qui nous entourent !

MERCI à tous les lecteurs en visite curieuse ou assidue ! Et Bravo à tous les participants des observatoires de la nature d’ici ou d’ailleurs ! Sans eux, il n’y aura pas d’histoires naturelles… or les histoires, elles, nous passionnent !

:-)

Renard roux © José Ros | Flickr

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 18 septembre 2017

Depuis le mois de janvier 2017, vos articles préférés sont :

--> Au cours de l'automne, le blog accueillera une nouvelle plume pour la suite des aventures !

Réflexion personnelle

Dans un monde de l’immédiateté, j’ai pu remarquer qu’il était bon d’être à contre-courant de l’actualité ! Les premiers articles que j’ai rédigés en 2013 mènent leur vie d’articles dans la communauté des lecteurs. Ils prennent leur envol parfois plusieurs mois après avoir été publiés : c’est rassurant. Le fond du propos est donc plus important que l’actualité !

Evolution du nombre de lecteurs pour des articles publiés en 2013 © MNHN

Merci Laetitia pour tes suggestions et clins d'oeil !

Depuis 2014, chaque post a été patiemment relu dans l’ombre par notre spécialiste des réseaux sociaux, Laetitia Brevet-Philibert ! Aucune faute d’orthographe ne lui a échappé ! J’ai pourtant tenté de la coincer plusieurs fois mais elle a l’œil ! de Lynx ! 

Merci au photographe Vincent Basso-Bert pour sa photographie d'ouverture ! Son site est là !

Il explique "cette prise de vue a été faite en milieu naturel après observation des habitudes de ce groupe de mésanges. Après avoir identifié une trajectoire favorite (d'une branche à la mangeoire), j'ai ensuite installé l'appareil sur trépied, communiquant avec un flash déporté posé au sol.
A distance par télécommande, j'ai déclenché... plusieurs fois... J'ai pu me rendre compte que les mésanges s'habituaient très vite à l'éclair du flash et que leur appétit vorace l'emportait largement sur la surprise de l'éclairage."

Commentaires

Merci pour vos articles et

Merci pour vos articles et pour le clin d'oeil sur la testacelle. J'ai pu paufiner mon article grâce à vous. A bientôt, j'espère.

Merci pour tous ces post que

Merci pour tous ces post que j'ai découvert assez tardivement! Sur travail de vulgarisation sientifique et d'esthétique des photos... Bravo et bonne continuation!

Merci Lisa pour ces 4 années

Merci Lisa pour ces 4 années de découvertes. c'était à chaque fois un réel plaisir de recevoir tes nouveaux post. Ma minute "culture environnementaliste" avant de commencer la journée. Encore bravo à toi et à ceux qui t'ont entouré et belle continuation! Maud