#Post de l'été / Le baguage des Corneilles noires à Paris

Le 24.08.2015
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Benoit Fontaine et Frédéric Jiguet en train de baguer une corneille noire © Lisa Garnier | MNHN

Souvenez-vous, la semaine dernière (ici l'article), nous faisions le constat que les populations de corneilles noires augmentent dans les villes.

Difficile de les attraper

Mais pour les baguer afin de les suivre scientifiquement, la tâche n'est pas aisée. Frédéric Jiguet, professeur au Muséum national d'Histoire naturelle, qui commence une étude pilote, a du installer un ingénieux système de piégeage au cœur du Jardin écologique du Jardin des Plantes. Parce que ces noires de jais font preuve d'une intelligence rare. Jugez plutôt.

Les corneilles nous ressemblent...

Extrêmement sociales, elles entendent à peu de chose près la même gamme de sons que nous, les humains (ici l'article scientifique). Elles possèdent aussi un répertoire linguistique poussé qui peut être transmis par les parents. Elles n'ont donc aucune difficulté à communiquer à leurs consoeurs qu'elles sont dans un sérieux pétrin - emprisonnées dans une cage par exemple - pour prévenir les autres !

Elles apprennent à reconnaître les visages

J'ai découvert le documentaire "A Murder of Crows" (ci-dessous), malheureusement non traduit en français, qui explique la capacité qu'ont les corneilles à distinguer les visages de personnes « qui représentent un danger » de celles qui sont inoffensives ou même « amicales ».

Il y a par exemple l'étonnante histoire de Gabi, une enfant de huit ans qui collectionne les cadeaux de ses copines corneilles ! (ici mais c'est toujours en anglais). « Merci ! » semblent-elles dire à l'enfant en lui remettant leurs présents.  

Le baguage en direct

Mais revenons à une session de baguage dans le jardin du Muséum. Afin d'attirer les « commères » en habit noir sur une parcelle à découvert du Jardin écologique, Frédéric commence par briser des œufs devant le piège. Puis, il se cache un peu plus loin. Une corneille se pose sur une branche bien visible, observe les alentours et décide de se poser au sol. D'autres rappliquent. Une seconde, une troisième... puis sept ! Leur approche vers les œufs est silencieuse.

Quand le piège se referme

Frédéric caché un peu plus loin attend le bon moment pour tirer sur une corde qui retient un filet. On y va ! Tout va très vite, les tendeurs sur lesquels sont fixés les filets sont projetés en l'air, les emmenant avec eux ! Surpris, les oiseaux n'ont pas le temps de s'envoler. Ils sont retenus au sol.

Cela ne passe pas inaperçu

Les bagueurs expérimentés qui accompagnent Frédéric (Benoît Fontaine, Olivier Dehorter, Romain Lorrillière) courent alors vers le filet afin de démailloter rapidement les volatiles. Pendant ce temps, alertées par le vacarme, toutes les corneilles du Jardin des Plantes se sont donné rendez-vous au-dessus de celles qui viennent de se faire capturer et tournoient en criant leur mécontentement. Ensuite, chaque corneille est placée dans un carton. Ce n'est qu'à l'ombre des arbres que Frédéric les mesure, les pèse et les bague.

Enfin, toutes sont relâchées.

Désormais, 13 corneilles sont baguées dans le Jardin des Plantes de Paris.

La prochaine fois que vous vous y promènerez , n'oubliez pas votre paire de jumelles pour les repérer  ;-)

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 24 août 2015

Pour s’abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

 

→ La Corneille noire fait partie de l’observatoire Oiseaux des jardins ! C'est ici et c'est avec la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux).

→ Info plus  : La corneille « sent ». Elle est capable de détecter l'odeur d'un oiseau stressé... C'est ici pour les férus de bibliographie. Et comme la Pie bavarde (lire mon précédent post ici), les corneilles ne causent pas la perte des petits passereaux. Pour preuve, cet article scientifique « A review of the impacts of corvids on bird productivity and abundance » dans la revue internationale de la science aviaire, Ibis, qui conclut que les corvidés n'ont pas d'impacts négatifs sur l'abondance des autres espèces d'oiseaux.

Commentaires

A voir aussi le reportage de

A voir aussi le reportage de Nature TV sur ce sujet :  http://www.naturetv.fr/Observees-capturees-baguees--Les-Corneilles-parisiennes-n-ont-qu-a-bien-se-tenir-_v58.html

Bonsoir, à nouveau un post

Bonsoir, à nouveau un post très intéressant et 2 beaux reportages ( même si le 1er utilise la langue de nos voisins anglais ) mais comme le second les images de ces 2 vidéos sont explicites. Quelle chance à Gabi avec ses amies aîlées. Cordialement , Pierre