Vous ne regarderez plus jamais les patelles de la même façon...

Le 16.03.2015
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Patella © Aurélie Froger | MNHN

 

La fin de cette semaine va être riche en événements naturels : éclipse partielle du soleil le vendredi 20, jour de l'équinoxe du printemps, grande marée du siècle le 21....C'est le moment d'être en bord de mer, de respirer les embruns, d'aller observer algues et bigorneaux avec BioLit !

Ses petits noms

Lors de mon dernier post à propos des estrans rocheux (ici), je vous parlais des importantes densités de patelles retrouvées sur les estrans charentais, peu d'algues arrivent à pousser. Or, les patelles appelées aussi chapeaux chinois, berniques ou lampotes (en latin, c'est Patella, de Patina, plat creux) sont des « ruminants » aquatiques.

Et sous cette apparente placidité de brouteuses d'algues, elles dissimulent de véritables dents en acier.

Séquence hommage à l'acteur Richard Kiel, décédé en 2014, l'homme aux dents d'acier dans l'espion qui m'aimait (1977) de James Bond.

En image, le travail des dents de la patelle, cela donne ça :

Chaque trait blanc correspond au passage d'une patelle © Auguste Le Roux | Wikimedia Commons

Un sourire d'acier pour de nouvelles inventions ?

Efficace. Il faut dire que les dents de patelles ont été élevées au rang de matériau biologique le plus résistant au monde en février 2015. Cela a été publié dans la revue Interface de la Royal Society (ici). Asa Barber de l'Université de Portsmouth au Royaume-Uni et ses collègues ont en effet analysé la structure et le matériau, cent fois plus fin que le diamètre d'un cheveu, pour conclure que les dents des patelles contiennent de la goéthite, un minéral très résistant, et qu'il faut une pression d'au moins 3 gigapascal pour les fissurer. Si le chercheur suppose que les dents de patelle représentent un modèle pour les carrosseries de demain, je m'étonne que personne n'ait évoqué une nouvelle méthode de gommage « bio ».

La patelle ne connaît pas la notion de genre

La patelle, c'est tout de même un organisme vivant une bonne quinzaine d'année. Autant qu'un chien. Ça donne à réfléchir. Je n'ai pas trouvé d'articles sur leur probable fidélité mais sachez qu'à leur maturité sexuelle, vers 9 mois, les patelles sont mâle. Quatre à sept ans plus tard, elles se transforment (ou pas) en femelle. C'est une information à connaître.

Une exception britannique

La littérature scientifique sur la patelle est assez prolifique en ce début 2015, fin 2014. J'ai par exemple appris que sur l'île de Lundy au sud-ouest de l'Angleterre, ces beaux oiseaux que sont les Huîtriers pie se nourrissent presque exclusivement de patelles, alors que c'est le mollusque le plus difficile à « pêcher », contrairement aux moules et aux coques.

Huitrier pie © Tjeld | Wikimedia commons

 

La technique de pêche des Huîtriers pie

Il faut croire que leurs sourires d'acier n'impressionnent pas du tout ces oiseaux là, dont la technique est bien rodée. Leur truc ? Choisir les coquilles aux bords irréguliers et de petites tailles (entre 2 et 3 cm) et soulever l'animal par le bord antérieur. J'espère que cela ne vous donnera pas de mauvaises idées. Soit dit en passant, Ophélie, notre chargée de communication m'informe qu'à Madère, c'est une entrée commune dans les restaurants. On les appelle des lapas.

L'action des vagues sur les rochers agit sur les espèces

Enfin, dans un registre plus en actualité avec le changement climatique, des chercheurs britanniques ont montré que l'action des vagues modifie la diversité des espèces brouteuses d'algues comme notre star du jour (ici l'article en anglais). Cependant, ce serait la Littorine (Littorina littorea) qui aurait le plus d'impact sur la croissance des algues de toutes tailles.

Balanes et patelles © Tristan Diméglio | Planète Mer

Lors de vos sorties BioLit, observez balanes et patelles. Les premières sont des facilitatrices pour les algues : elles permettent à leurs crampons de s'accrocher, les secondes sont les prédatrices, régulatrices. Des dents d'aciers, quoi !

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 16 mars 2015

Pour s’abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

→ → Rendez-vous le vendredi 03 avril 2015 à Paris ! Participez  au forum ouvert sur la biodiversité et le changement climatique pour réfléchir ensemble à un nouvel observatoireToutes les infos pour s'inscrire ici.