Chauves-souris : à chaque hauteur de vol, son langage !

Le 20.03.2017
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Oreillard roux © Charlotte Roemer

Vous n’êtes pas sans savoir que les routes causent une importante mortalité chez les oiseaux, les mammifères, les amphibiens…. Dans la dernière étude parue sur le sujet ce mois de mars 2017 (ici), j’ai pu lire qu’entre 2011 et 2015, 215 recherches ont été publiées à ce propos. 215 publications pour l’ensemble des routes dans le monde ! C’est peu non ?

Des routes qui se croisent

Le quart des études portait sur les stratégies d’évitement. Comment faire co-exister les routes humaines et les routes de la faune sauvage ? Quelle efficacité ont les aménagements (tunnels, ponts) que nous proposons aux animaux pour leur éviter de se retrouver face à un bolide ?

© 6france6 | Flickr

Des croisements dangereux

Je n’imaginais pas les chauves-souris soumises aux accidents de la route. Et pourtant si. Dans cet article (là), deux chercheuses anglaises font le point sur les risques qu’encourent les reines de la nuit lorsqu’elles volent aux abords des routes.

Pipistrelles, murins and Co

Statistiquement, les chercheuses indiquent que les espèces volant à quelques mètres du sol ont le plus de chance d’avoir un accident mortel. Pipistrelles et murins sont les grandes accidentées. Les espèces volant plus haut comme les noctules et les sérotines représentent 20 % des accidentées.

Murin de Bechstein © Julien Tranchard

Etudier les croisements dangereux grâce aux ultra-sons

Mais si l’on veut prévenir les collisions, le mieux est toujours de connaître les espèces les plus fréquentes en un lieu. Généralement, on utilise l’enregistrement des ultra-sons, à la manière de Vigie-Chiro. Sauf que les comportements de vol sont-ils vraiment liés aux signatures sonores des espèces ? à leur langage ?

Prédire la hauteur de vol

C’est à cette tâche que s’est attelée Charlotte Roemer, doctorante au Cesco. Elle a installé des micros proches du sol et en hauteur, elle a enregistré les hauteurs de vols des chauves-souris, puis elle a étudié leurs paramètres acoustiques. L’idée était de savoir si l’on peut prédire la hauteur de vol des chauves-souris en fonction de leur façon d’envoyer les ultrasons. Fréquence, durée des cris, les deux à la fois ?

Le langage des rase-mottes et des reines de l’altitude

Et elle trouve que oui. Les espèces adeptes du rase-motte parlent en « haute fréquence ». Leur sonar renvoie un écho avec beaucoup de détails ce qui maximise les chances de distinguer les feuilles des insectes. Alors que les chauves-souris pratiquant l’altitude – au-delà d’une vingtaine de mètres de haut – sont plutôt à envoyer des basses fréquences qui portent sur de plus grandes distances. C’était plutôt admis comme résultat. Mais c’est désormais prouvé. Charlotte se consacre donc maintenant à comprendre l’influence du paysage sur les hauteurs de vol et les risques de collision chez chaque espèce

Faciliter la traversée

Je profite de discuter des chauves-souris pour glisser qu’au laboratoire, un autre doctorant, Fabien Claireau travaille sur l’efficacité de certains passages à chauves-souris installés au-dessus des autoroutes, au nombre de cinq en France. Ces passages sont destinés aux espèces volant au plus proche du sol. Notamment les rhinolophes qui peuvent voler à moins d’un mètre (!) de hauteur, les oreillards et les murins. Ces passages ont pour but d'aider les chauves-souris à surélever leur hauteur de vol et reste, à ce jour, expérimentaux.

Chiroptéroduc Millonnais - Balbigny - A89 - France © Fabien Claireau | Vinci autoroutes-MNHN

Mais sont-ils attractifs ? Et si oui, remplissent-ils leurs rôles ? Les chauves-souris comprennent-elles notre langage technologique ?

On en reparle !

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 20 mars 2017

Contact : lisa.garnier@mnhn.fr

AGENDA

Colin Fontaine, notre spécialiste des pollinisateurs au Cesco, sera présent lors d'une conférence-débat sur le thème : « Abeilles de ruche, Abeilles sauvages ? » le samedi 1er avril à la Maison du Citoyen et de la Vie Associative à Fontenay-sous-Bois.

Le programme est là