L’oiseau-lunette gris, un drôle de zoizo sur l’île de la Réunion

Le 19.09.2016
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Oiseau-lunette gris © Esnault Olivier | Flickr.

Alors qu’en métropole, les oiseaux communs des jardins vont bientôt faire leur rentrée, j’ai pensé faire un tour dans les jardins plus tropicaux de l’île de la Réunion.

Un drôle d’oiseau !

Il vit et seulement  : une petite boule de plume grise au croupion blanc appelé l’oiseau-lunette gris ou Zoizo blanc (Zosterops borbonicus). Ce loustic plutôt bruyant et vif, sautillant d’arbustes en arbres pour se nourrir de fruits et de nectar, est un original : sur cette île grande comme un petit département, il présente quatre couleurs de plumage différentes !

Un modèle d’étude

Cette originalité n’a pas manqué d’attiser la curiosité des chercheurs qui étudient l’évolution des espèces ( et pour des articles scientifiques). Parce que les variantes des plumages des oiseaux - du gris au brun sur le dos et la tête - sont bien localisées sur l’île.

Ce que l’on sait de lui

Etonnamment, l’écologie des Zoizos blancs est cependant peu connue. S’ils sont capables de se distinguer entre eux, on ne sait pas si c’est un critère pour choisir un partenaire lors de la reproduction. Le volatile est aussi très casanier. Il vole peu et les jeunes semblent rester sur des territoires proches de ceux des parents. Dans la thèse de Boris Delahaie que j’ai trouvé (ici), j’ai pu lire qu’au sein des groupes, les comportements de toilettage mutuel ont pu être régulièrement observés et que des « helpers », individus apparentés aux parents, participent au nourrissage des jeunes. Enfin, il y aurait 5,17 oiseaux par hectare (lire ).

Cirque de Salazie, Ile de la Réunion © Pierre Malet | Flickr

Une question sans réponse

Mais sait-on s’il y en a plus ou moins qu’avant ? Lorsque l’on me pose ce genre de questions pour des oiseaux de métropole, je file étudier les tendances calculées pour les oiseaux communs du STOC (Suivi temporel des oiseaux communs, ici) et j’ai une réponse. Pour l’oiseau-lunette gris, on ne sait pas. On n’a pas de courbe temporelle. Et pourtant l’espèce est endémique : si elle disparaît, elle sera rayée de la planète.

Le Suivi temporel des oiseaux de la Réunion

C’est que nous pouvons remercier les précurseurs du STOC sur l’île de la Réunion ! Grâce à Nicolas Laurent de la Société d'études ornithologique de la Réunion, une trentaine d’espèces sont désormais suivies chaque année depuis 2012 (lire aussi Suivre les oiseaux communs dans les îles et sous les tropiques). Un dispositif, encore un peu jeune pour produire des courbes de tendance fiables.

Les participants de la première heure

Environ 25 professionnels (Parc national, ONF et Conservatoire d'espaces Naturels) et 25 bénévoles de l’association ont suivi des formations de reconnaissance au chant des oiseaux ainsi qu’un accompagnement individuel sur leur itinéraire avec un agent expérimenté de la Société d'études ornithologiques de l’île.

L'oiseau-lunette gris © David Whistlecraft | Flickr

La bonne surprise

« Cette mobilisation a été une bonne surprise » m’a dit Nicolas « parce que ces observateurs, n'étaient pour la plupart pas prédestinés à participer à ce type de suivi. Même chez les professionnels, beaucoup ont une fonction qui ne les aurait pas forcément amenés à compter les oiseaux dans la nature ou dans un champ de canne à sucre ! »

Et l’oiseau-lunette gris ?

« En 2015, il a été entendu sur près de la moitié des points d’écoute, ce qui fait de lui, un bon candidat pour comprendre l’évolution de ses effectifs lors des prochaines années ».

Une bonne nouvelle n’est-ce pas ? Au moins, ne pourra-t-on plus dire « on ne sait pas ». Merci aux observateurs qui vont nous sortir de l’ignorance !

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 19 septembre 2016

Contact : lgarnier@mnhn.fr