La diversité végétale est-elle au rendez-vous dans les jardins partagés ?

Le 15.05.2017
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
© Ana Cristina Torres | MNHN

L'époque est à la préparation des potagers, n'est-ce pas ? Le bon moment pour vous parler des recherches d'Ana Cristina Torres, doctorante à l'Université Paris-Sud qui s'est intéressée, avec d'autres collègues, aux plantes qui s'installent dans les jardins partagés parisiens.

Des jardins qui se propagent

Depuis les années 1990, ces jardins se sont propagés un peu partout dans les villes françaises. Parfois comme les plantes sauvages, en s'implantant sans autorisations. Parfois de manière tout à fait légale.

Des jardins écologiques

En 2012, on comptait moins de cinq jardins partagés inscrits à la Charte Main Verte mise en place par la municipalité de Paris. Cette année, ils sont 120. Mais quelles relations entretiennent-ils avec la biodiversité végétale sauvage ?

© Ana Cristina Torres | MNHN

Ecologique veut-il dire plus diversifié ?

La Charte Main Verte promeut la gestion écologique ; aucun produit chimique n'est utilisé. On peut donc s'attendre à un accueil des plantes venues d'ailleurs. Et c'est plutôt ce que constate Ana Cristina.

La taille du jardin n'influence pas la richesse des plantes

Sur l'ensemble des dix jardins étudiés, elle a comptabilisé 230 espèces végétales sauvages. En moyenne, cela correspond à 63,7 espèces par jardin. Cependant, certains jardins en comptent 91 et d'autres 21. Or « la surface du jardin n'explique pas cette différence » m'a expliqué Ana Cristina. « Ce n'est pas parce qu'un jardin est plus petit que l'on y trouve moins de plantes sauvages. »

© Ana Cristina Torres | MNHN

Quelles espèces de plantes?

Sur ces 230 espèces, près de la moitié est aussi exclusivement pollinisée par les insectes ! Et si l'on comptabilise celles qui sont à la fois pollinisées par le vent et capables de s'autoféconder, on grimpe à un taux de 71 % de plantes nécessitant les insectes pour la reproduction. Ce qui n'est pas négligeable du point de vue des pollinisateurs... dont les fleurs constituent la nourriture principale.

Quel rôle de la gestion collective?

Pour Ana Cristina, « la gestion collective augmente la diversité de gestions. Plus les jardins partagés utilisent leur espace de manières différentes, plus ils présentent une grande variété de plantes sauvages ». C'est ainsi qu'elle explique pourquoi un petit jardin peut présenter plus de diversité végétale qu'un espace élargi.

© Aletta mes | Flickr

Une variété de mini-paysages

« Certains jardins vont mélanger les zones potagères avec des zones piétinées, ou en friches, avec des zones non potagères mais entretenues quand même, des rocailles... » Bref, une variété de petits paysages différents qui augmente les possibilités d'implantation des fleurs sauvages.

Colony Farms Community Garden in Coquitlam/Port Coquitlam, BC © Peterson Photography | Flickr

L'utilisation des plantes sauvages

Ensuite, ces plantes sont soient accueillies, soient arrachées. Leur sort est différent selon leur lieu d'enracinement. Dans le jardin d'Hérold, les légumineuses sont maintenues même dans les zones collectives pour fixer l'azote dans le sol et les pissenlits, pour être consommés en salade.

De l'empathie pour la faune sauvage

La palme du meilleur accueil revient aux jardins dont les plantes sauvages sont systématiquement conservées pour offrir un habitat aux insectes et autres animaux sauvages !

Un exemple à suivre ?

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 15 mai 2017

Contact : lisa.garnier@mnhn.fr

AGENDA

→ Venez nous retrouver lors de la Fête de la nature au Jardin des Plantes de Paris les samedi 20 et dimanche 21 mai ! Toutes les info ici.  

Le Conservatoire d'espaces naturels du Nord – Pas-de-Calais (CEN) vous invite à un week-end d'initiation aux insectes pollinisateurs et de participation au suivi national du suivi photographique des Insectes pollinisateurs (Spipoll) les samedi 17 et dimanche 18 juin 2017. Toutes les infos sont là !

Commentaires

Merci pour vos relectures

Merci pour vos relectures attentives ! Oui, Ana Cristina a bien vérifié : c'est 2002 qu'il faut lire dans l'article ! Toutes mes excuses.

Bonjour Lisa, Bravo pour vos

Bonjour Lisa, Bravo pour vos articles ! http://vigienature.mnhn.fr/blog/focus/la-diversite-vegetale-est-elle-au-rendez-vous-dans-les-jardins-partages je relève une petite erreur (faute de frappe ?) : " En 2012, on comptait moins de cinq jardins partagés inscrits à la Charte Main Verte mise en place par la municipalité de Paris." vous avez dit 2002, non ? (-; Avez-vous étudié notre Jardin Villemin ? J'en ai noté beaucoup plus que ça. Mais ça diminue avec le temps, quand le jardin devient trop "chargé", trop dense ... certaines plantes favorisées par les jardiniers étouffent les autres. Et j'ai vraiment du mal à calmer les ardeurs de certains-nes "désherbeur-ses compulsives" qui veulent "qu'un jardin soit propre" ... Ce sont des herbicides redoutables. lol Merci et amitiés gilles jardinier Le poireau agile Gilles Roux cafecacaoconsult@aol.com

Je suppose qu'il faut lire

Je suppose qu'il faut lire "En 2002, on comptait moins de cinq jardins partagés inscrits à la Charte Main Verte"  En effet, en 2012 il devait y avoir plusieurs dizaines de jardins partagés signataires (et pas seulement "inscrits" ) de la Charte Main verte (qui date de 2002) Sur ce sujet , l'étude la plus remarquable est la thèse de doctorat de Sophie Joimel (univeristé de Nancy) Biodiversité et caractéristiques physicochimiques des sols de jardins associatifs urbains français

Bonjour, Merci de votre

Bonjour,

Merci de votre commentaire ! Cependant, il n'est pas possible d'indiquer la localisation des papillons. Avec Opération Papillons, les comptages se font toute l'année et quand on veut ! Rejoignez les participants ! 

Très belles les planches de

Très belles les planches de papillons. mais ce serait encore mieux si vous indiquiez où il sera possible de les voir...Et quand, le citron, par exemple se montrant dès mars, alors que d'autres ne se voient qu'en juillet-aout. Et le comptage, c'est pour quand?