#Post de l'été - Une mésange qui cache ses graines !

Le 18.07.2016
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Mésange noire (Periparus ater) © Gilles Rebiere | Flickr

Vous l’avez reconnu avec son plumage blanc disposé à la punk sur la tête ? Non ?! Téléchargez tout de suite l’appli BirdLab ( ou ) pour vous entrainer à identifier les oiseaux ;-)

Les autres auront nommé la mésange noire. Appelée Mésange charbon en anglaiscoal tit - elle cache, ni vue, ni connue, une graine dans le sol.

Qui d’autre ?

Bien connu chez les corvidés, le phénomène l’est moins chez les mésanges. Mais toutes les mésanges ne cachent pas leur nourriture à l’automne et en hiver. Ne vous escrimez donc pas à l’observation d’une mésange bleue ou d’une charbonnière. En revanche, la mésange nonnette et la mésange huppée ne rechignent pas à dissimuler une graine sous une écorce.

Dans les pins et sapins

Les pro de la cachette sont les mésanges d’Amérique du Nord (ici l’article scientifique avec la liste de toutes les espèces de mésanges dissimulatrices). Vous n’en rencontrerez aucune en Afrique. D’après les chercheurs, le comportement est lié aux forêts de conifères dont la production de graines est très saisonnière. Le plus souvent situées en altitude ou dans les pays nordiques, ces forêts subissent de nombreuses tempêtes de neige, et, les cachettes peuvent s’avérer particulièrement utiles aux oiseaux.

Mésange à tête noire d'Amérique (Poecile atricapillus - Black capped chikadee) © Beth fishkind | Flickr

Une spécialité inconnue chez les mésanges bleues et charbonnières

En comparaison, les mésanges bleues et charbonnières des genres Cyanistes et Parus sont plus généralistes question nourriture et cohabitent dans des habitats les ressources sont plus variées.

Ni vue, ni connue

Contrairement aux corvidés, certaines espèces de mésanges, comme la mésange à tête noire américaine, se montrent incapables d’aller piquer une graine cachée par une autre. Mais chez la mésange noire, on ne s’amuse pas à « planquer » sa nourriture à moins de cinq mètres d’une voisine. Pas question d’être observée !

Mésange noire © Marc Borel | Flickr

Tête de mésange !

Question mémoire, les mésanges n’arrivent pas à la cheville des corvidés. Au bout de six voire quatre semaines, elles ne retrouvent plus leurs cachettes. Mais il semble que cela dépend de la cachette elle-même. Si celle-ci est dans un lieu que la mésange noire préfère, elle a plus de chance de « tomber dessus » après six semaines (l’article ).

De jeunes inexpérimentées ?

Peut-être est-ce aussi à leur âge, puisqu’il a été montré par le chercheur Lluís Brotons (ici) que les jeunes cachent plus souvent leur pitance dans les brindilles et les bourgeons entourés d’aiguilles à l’extrémité des arbres alors que les adultes ont une préférence pour les troncs et les branches épaisses.

Mésange noire © Jessica Joachim

 

Les mésanges en migration cachent aussi leurs graines

Les mésanges noires de passages cachent également leurs graines. Cependant Lluís Brotons montre que comme les jeunes, elles ont tendance à parer au plus vite, c'est à dire qu'elles les glissent surtout aux extrémités des branches. D’après le chercheur, elles bénéficieraient de ses graines cachées à la nuit tombée ou au petit matin, au moment elles ont le plus besoin d'énergie.

Leur époque ?

J’oubliai ! Les mésanges noires font des provisions dès le mois de septembre avec un pic au mois de novembre. Le mois redémarre BirdLab, notre étude sur le comportement des oiseaux aux mangeoires ! D’ici , préparez vos mangeoires pour participer à l’expérience. Qui sait ? Lors de l’hiver 2016-2017, vous observerez peut-être des mésanges noires cacher des graines dans votre jardin !

D’ailleurs cachent-elles leurs graines en ville ?

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 18 juillet 2016

Pour s'abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr