Sur la trace des limaces…

Le 05.08.2013
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Arion Rufus © Guillaume Brocker

Des salades dévorées, des traces luisantes à leurs abords ? Tout jardinier évoquera la limace comme la coupable ! Et il aura raison puisque les principales caractéristiques de ce gastéropode sont de fabriquer une bave, un mucus comme l’appelle les scientifiques, et de ne pas posséder une coquille externe comme ses cousins, les escargots. D’ailleurs, pour ceux qui auraient lu le post s’intitulant « la limace possède-t-elle une coquille ? », sachez que la réponse n’est pas si simple. Certaines espèces en possèdent une minuscule à l'intérieur de leur corps réduite à des granules de calcaires ou sous la forme d’une lamelle, localisée sous le manteau, cette partie caractéristique de la limace située juste à l'arrière de la tête. La disparition progressive de la coquille au cours de l’évolution aurait favorisé l’enfer des jardiniers puisque l’animal au corps mou est capable de se faufiler dans les moindres interstices il peut se blottir et , l’être humainou tout autre prédateur - est incapable d’accéder. Et cette bave, pourquoi est-elle si collante, si résistante qu’elle subsiste sur la peau même après un lavage de mains ? C’est ce que nous verrons le lundi 19 août, après la trêve estivale.

_________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 5 août 2013

Pour s'abonner, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

Tags: