Les oiseaux sont-ils revenus ?

Le 23.05.2016
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
mésange charbonnière © Patricia Van de Kerchove

Le 20 janvier 2014, je publiais «  sont passés les oiseaux des jardins ? » Lu par plus de 10 500 personnes depuis sa parution, ce post trace son chemin vers le succès éditorial. Mais peut-être est-il temps de faire le point sur les oiseaux des jardins observés au cours des hivers 2015 et 2016.

Dans combien de jardins, par rapport à l’ensemble des jardins participants, ont été comptabilisées les espèces d’oiseaux ?

Grâce à tous les participants - Merci !! - des grands week-ends de comptage de Oiseaux des jardins des mois de janvier, Marjorie Poitevin, animatrice de l’observatoire à la LPO et Pauline Pierret, doctorante au laboratoire Cesco, ont déterminé la proportion des jardins ont été observés les différentes espèces d’oiseaux lors des hivers 2013 (1018 jardins), 2014 (1185 jardins), 2015 (1630 jardins) et 2016 (1555 jardins).

Les « rares » au jardin

Commençons par les espèces comptabilisées dans moins de 2 % des jardins. Sont nommées : le serin cini, le bruant jaune, la fauvette mélanocéphale, la linotte mélodieuse, les grives draine et mauvis, la perruche à collier et le corbeau freux.

Les immanquables

Sans surprise les mésanges bleue et charbonnière, merle noir, pinson des arbres et rouge-gorges sont les oiseaux observés dans plus de 70 % des jardins (lire aussi Des oiseaux dans 8 117 jardins). En revanche, vous remarquerez vous-même que cette proportion varie peu sur les quatre années de comptage. Mis à part peut-être pour le rouge-gorge, qui en 2015, prend la première place du podium avec 86 % des jardins l’ayant accueilli.  

© Oiseaux des Jardins

 

Moineau domestique © Michel Wöhrel | Oiseaux des Jardins

Les moitié-moitié

La tourterelle turque et le moineau domestique sont présents dans la moitié des jardins français. Ne vous étonnez donc pas si vous ne les avez jamais observés chez vous ! Vous avez une chance sur deux ! encore, peu de variations pour chacune des espèces. En revanche, lorsque le moineau est présent il vient en nombre. C'est l'espèce la plus abondante.

Sittelle torchepot © Jessica Joachim | Tifaeris

Dans un quart des jardins français

C’est pour des espèces retrouvées dans moins de 20 % des jardins que l’on observe des variations spectaculaires. Je pense à la sittelle, le pinson du Nord, le grosbec casse-noyau et la mésange noire. Voyez comment les grosbecs casse-noyaux et les pinsons du Nord ont complètement déserté les jardins en 2014.

 

 

Les « peu fréquents »

Chez les espèces présentes dans moins de 10 % des jardins français, le tarin des aulnes accuse une baisse vertigineuse pour les hivers 2014 et 2015 et fait son retour en 2016. Tout comme le grosbec, la mésange noire et le pinsons du Nord. J’en profite pour faire ici une parenthèse sur le tarin des aulnes qui voyage « entre amis ». Entre « copains », entre « copines » ou entre sexes différents. Souvent par deux, parfois par trois, voire en bande de 58 individus, les groupes de tarins peuvent perdurer quatre ans. La publication est visible ici, sur le site des bagueurs du Centre de recherche sur la biologie des populations d’oiseaux (CRBPO).

Alors, les oiseaux sont-ils revenus ?

« La proportion du nombre de jardins dans lesquels ils ont été observés a certes augmenté en 2016 » m’a expliqué Pauline « cependant, ces quatre années de suivis se répartissent dans différents jardins situés dans toute la France. L'idéal est un suivi réalisé dans le même jardin chaque année à la même époque. »

Chardonnerets élégants © Patrick MONNEY | Flickr

Pourquoi certaines espèces ne sont-elles que dans 10 % des jardins ?

« Ce qui est le plus important, et c’est d’ailleurs pourquoi Oiseaux des Jardins a été créé, c’est de comprendre comment les espèces se répartissent dans les jardins en fonction de leurs paysages environnants (forêts, terres agricoles, villes…) et des pressions qu'ils subissent  » a ajouté Pauline. Par exemple, les oiseaux granivores sont-ils plus nombreux dans les jardins en hiver lorsque les parcelles agricoles situées aux alentours sont cultivées de façon plus intensives?

Faut s’y mettre pour comprendre !

Allez, dans moins d’une semaine (28-29 mai 2016), c’est le comptage de printemps de Oiseaux des jardins ! Marjorie m’a indiqué qu’à cette saison, il y a moins de participants. Alors ne perdons pas de temps ! En plus, Marjorie « aime beaucoup recevoir des demandes sur la reconnaissance des oiseaux. » Pas d’hésitation, donc, pour envoyer des photographies pour l’aide à la détermination !

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 23 mai 2016

Pour s'abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

 

Le Bilan 2016 de l’état de la biodiversité en France vient d'être publié par l'observatoire national de la biodiversité (ONB). Découvrez-le ici. 

IMPORTANT - Les conseils de Marjorie pour les comptages Oiseaux des Jardins

1- Seul les oiseaux posés dans le jardin doivent être comptabilisés, à l’exception des hirondelles et martinets qui chassent dans les airs et se posent plus rarement.

2- Pour chaque espèce, conserver le nombre maximum d’oiseaux vu en même temps. Par exemple, si vous observez 6 moineaux domestiques, puis 5, puis 3, ne notez que 6 moineaux domestiques et non 14 (6+5+3)

Marjorie remercie tous les photographes qui lui envoie des photographies d’oiseaux, de jardins, ou d’installation en faveur des oiseaux mis en place dans les jardins. Pour lui faire parvenir des photos, c'est à cette adresse : oiseauxdesjardin@lpo.fr.

AGENDA 

Vigie-Nature sera présent lors du forum Science, Recherche & Société organisé par le magazine La recherche et l'hebdomadaire Le Monde le 25 mai 2016 au CNAM lors de la table ronde Les français et la science : quand les citoyens s'impliquent dans les projets scientifiques

 

Commentaires

Bonjour, voici quelques

Bonjour,

voici quelques éléments de réponse de la part de Pierre-Yves Henry, du Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d'oiseaux (CRBPO) :
- les hirondelles sont des oiseaux relativement sociaux, se regroupant souvent en colonies lâches (plusieurs couples dans une grange), pour se reproduire. Peut-être que la croissance de la colonie de votre voisin les a attirées.
- Pour les faire revenir: n'enlevez pas les nids. Vous pouvez même essayer de fabriquer des faux nids en plus (armature en grillage, revêtu de boue séchée, ou de plâtre) pour que l'année prochaine, elles aient l'impression d'une "colonie importante". Et l'année prochaine, lorsqu'elles reviendront, vous pouvez diffuser en journée le champs des hirondelles rustiques dans votre écurie (vous pouvez trouver des pistes sur xeno-canto.org). Cela a pour effet de leur faire "croire" qu'il y a une grande colonie à cette endroit, et les encourage à s'établir. Nous sommes bien d'accord que ces conseils sont pour votre plaisir, puisque si les hirondelles ont choisies d'aller s'établir ailleurs s'est peut-être ce qui est préférable pour elle pour satisfaire leurs besoins biologiques.
- n'hésitez pas à vous rapprocher de l'association ornithologique la plus proche de chez vous, dont c'est la mission de proximité de vous éclairer sur la vie des oiseaux, et comment les protéger. Vous trouverez probablement facilement les coordonnées via internet.

Bien cordialement,
Lisa.
 

  Bonsoir, Je voulais savoir

  Bonsoir, Je voulais savoir si vous pouvez m'aider. Je cherche à comprendre pourquoi les hirondelles ne sont pas revenues cette année. Elles s'installaient dans mon écurie (qui sert d'entrepôt  d'outils de jardins et matériels divers). Elles avaient aussi l'habitude de venir faire leurs nids dans un tout petit bâtiment très bas de plafond au bout de ma propriété, j'avais plaisir à venir voir à distance, en respectant leur intimité... Je les ai vu arriver, je me souviens exactement, le dimanche de Pâques, elles ne se sont pas arrêtées. Peut-être sont-elles venues tester un nid mais depuis, je ne les ai plus revues. Je voulais savoir si vous pouvez me dire pour quelle raison. En revanche mon voisin qui habite a 200 m plus loin, n'en avait plus depuis longtemps mais cette année elles se sont  toutes installées chez lui, il me dit qu'il n'en a jamais eu autant. Pourriez-vous me conseiller et me dire que dois-je faire pour qu'elles reviennent, je passais des moments agréables à les observer et les entendre, surtout au moment des premiers vols des petits. J'ai aimé leur parler, les proteger... Dois-je enlever les nids afin que les autres oiseaux ne s'installent pas? Comment faire pour les attirer, je sais que cette année est compromise, mais si vous avez autour de vous un specialiste qui pourrait me conseiller, je suis preneuse! En vous remerciant, Cordialement, Pascale Caillouet

Merci Lisa pour la parution

Merci Lisa pour la parution du Bébé Mésange !je  suis ravie . Très cordialement  Patricia