Où sont passés les oiseaux des jardins?

Le 20.01.2014
Par: 
Lisa Garnier
Catégorie:
Tarin des aulnes (Carduelis spinus) ©Marek Szczepanek | Wikimedia commons

Les participants de la première heure à compet à la mangeoire l'ont remarqué : à partir de la mi-décembre, les oiseaux ont déserté les mangeoires et les jardins. Peu de diversité observée, peu de va-et-vient.... Un peu triste....Comme quoi la biodiversité c'est important pour le moral !

Une baisse chiffrée

Chez nos partenaires de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), les questions ne se sont pas faites attendre. Avec inquiétude, les citoyens ont contacté les antennes locales afin de comprendre pourquoi les oiseaux délaissent les jardins. D’après l’association, la fréquentation des mangeoires installées par les particuliers dans leurs jardins aurait baissé de 30% en moyenne en ce début d’hiver 2013 par rapport à la même période de l’an dernier. Des baisses qui peuvent atteindre 70% pour certaines espèces comme les pinsons.

Pinson des arbres mâle (Fringilla coelebsWikimedia commons

Des températures douces

Du côté des ornithologues, on s'accorde à dire que la météo pluvieuse et fraîche de ce printemps, a induit un retard dans la croissance des plantes. Leur fructification et leur production de graines se sont donc produites tardivement en automne. Les oiseaux se nourrissant de graines comme les pinsons ont donc continué à trouver de la nourriture en dehors des jardins. L'automne 2013 s'est également montré clément. Au jardin, de nombreuses plantes décoratives (type capucines) ont continué de fleurir.

Serait-ce une question de nourriture ?

Mais ces températures douces ont-elles un effet sur les proies des oiseaux ? Peuvent-elles, par exemple, augmenter le nombre d'insectes disponibles à manger en plein hiver ? Et bien non. Hervé Guyot de l'Office pour les insectes et leur environnement (OPIE) m'a expliqué qu'en hiver, les insectes rentrent en diapause : ils ralentissent leur processus biologique. En gros, ils hibernent. Les températures douces de l'hiver ne les réveillent pas. Au contraire, il leur faut du froid ! Plus ils auront accumulé des jours frais « à leurs compteurs », plus ils seront aptes à se réveiller par des températures douces plus tard. On en est donc loin....

Question subsidiaire

Et si jamais, il n'y a pas d'hiver ? Que le froid n'arrive jamais? Les insectes vont-ils tous mourir par manque de froid ? Non plus. Un jour, leur réserve de graisse pour l'hiver ayant atteinte leur point zéro, ils se réveilleront quand même pour se nourrir. Dommage pour les plantes... En effet, même en diapause, les insectes peuvent mourir de froid, ce qui a l'avantage de réduire les populations d'une année à l'autre. Les prédateurs des plantes comme les cochenilles et les pucerons sont ainsi régulés naturellement. Sans le froid, point de régulation. Vive l'explosion !

Revenons à nos oiseaux.

Sans couverture neigeuse et sans gel, les oiseaux insectivores trouvent cependant facilement de petits insectes en diapause cachés dans la litière des feuilles : celle-ci ne se trouve pas compactée et aplatie, laissant la possibilité aux petits passereaux de trouver quelques friandises. Là est peut-être une des clés de nos mangeoires délaissées.

Alors où sont passés les oiseaux ?

L'intérêt des observatoires de Vigie-Nature, c'est de pouvoir suivre année après année, ce qu'il se passe dans la nature commune, ordinaire en fonction des températures et des paysages. Alors, vu les conditions climatiques actuelles, le prochain week-end de comptage « oiseaux des jardins », des samedi 25 et dimanche 26 janvier 2014 prend tout son intérêt ! En comparant les résultats des comptages de 2013 et 2014, on saura si cette année, les oiseaux manquent scientifiquement à l'appel !

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 20 janvier 2014

Pour s’abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

 Oiseaux des jardins, c'est compter pendant 1 h tous les oiseaux qui se posent dans votre jardin : mangeoires, au sol, dans les arbres, les buissons, le compost.... 

Rendez-vous sur le site Oiseaux des jardins.  Pour toutes questions liées au protocole, à la saisie des données, etc., vous pouvez aussi contacter oiseauxdesjardins@lpo.fr

Retrouvez le bilan climatique de l'année 2013 par Météo France ici et le bilan de l'hiver 2012-2013 là.  

Pour tout ceux qui participent à Compet à la mangeoire, Oiseaux des jardins est parfait pour comptabiliser vos oiseaux vus au sol !

___________________________________________________________________________________

News des autres programmes 

Du 5 au 7 février 2014, formez-vous à l'identification et l'analyse des données du suivi des chauves-souris ! Plus d'infos ici.

Commentaires

Bonjour, les raisons d'une

Bonjour, les raisons d'une baisse des effectifs et de diversité des petits passereaux peuvent avoir plusieurs causes. Ce peut être dû à des modifications de votre environnement local mais aussi à des changements plus globaux à l'échelle nationale. Ces recherches demandent du temps. Ce n'est souvent qu'un ou deux ans après que l'on peut commencer à expliquer certains phénomènes. De plus, il y a souvent des variations des effectifs d'espèces d'une année à l'autre et elles ne reflètent pas toujours les tendances sur le long terme. 

Bonjour. J'habite la

Bonjour. J'habite la franche-comté dans un endroit pleine nature. Je donne à manger aux oiseaux dès les premiers frimas et je suis intriguée de ne plus voir de mesanges, de verdiers, de pinçons investirent le lieu de nourrissage. Seule une centaine de moineaux, un couple de corbeau et un de pie sont là cet hiver 2016-2017. Que se passe-t-il? La température élevée de l'été serait-elle à l'origine de cette perte? 

2016 actuellement juste 5 ou

2016 actuellement juste 5 ou 6 mesanges à  tête  noire plus de chardonnerets de pinsons mésanges à tête bleue de tarins de rouge gorge et déjà  depui 3 ans plus aucun verdiers  que se passe t il        par contre les moineaux prolifèrent  a mon grand desespoir

Bonjour, Moi aussi je me

Bonjour, Moi aussi je me décide à écrire même si cet article date de plus d'un an. J'habite en plein Paris, dans le 17e depuis 2001 et mon appartement donne sur une cour arborée avec des arbres, des bosquets et de la pelouse. Les premières années, c'était un vrai bonheur d'entendre le gazouilis des oiseaux et surtout le chant du merle au petit matin. Mais depuis 2/3 ans, ce jardin est devenu silencieux et j'en suis très triste. Je n'entends que les roucoulades des couples de pigeons ramiers (j'aime bien) et surtout les cris des corneilles (j'avoue que j'aime un peu moins....). Et je me pose inlassablement cette question : pourquoi les oiseaux ont-ils disparu de ce jardin ? Quelle explication ?J'adore les oiseaux et ils me manquent  beaucoup. Si jamais vous aviez une réponse, j'en serais ravie car j'aimerais vraiment comprendre ce qui s'est passé. Merci d'avance.

Bonjour, Cet article date de

Bonjour, Cet article date de 2014 mais je décide de vous écrire quand même. Je vis dans la campagne  Limousine et je peux vous dire que chez moi, la fréquentation des mangeoires est très intense. J'ai  : des chardonnerets en quantité assez importante, des mésanges bleues, des charbonnières assez nombreuses et quelques têtes noires, des pinsons à gros bec (deux couples qui viennent régulirement) Des pinsons chantant des arbres et des verdiers. Des moineaux, des accenteurs mouchets et bien sûr des merles et des rouges gorges. Voilà j'espère que mon commentaire vous sera utile. J'ajoute que j'ai une passion pour les oiseaux et que j'ai appris seule à les identifier à l'aide d'une paire de jumelles, d'un livre spécialisé et d'un CD de chants d'oiseaux. Cordialement