Chauves-souris communes

Pourquoi un suivi des espèces communes?

La France compte 34 espèces. Parmi celles-ci, certaines sont globalement présentes sur l’ensemble du territoire comme la Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus) ou la Sérotine commune (Eptesicus serotinus) tandis que d’autres présentent une distribution limitée en France comme le Murin de Capaccini (Myotis capaccinii) présent seulement dans la région méditerranéenne, ou le Murin des marais (Myotis dasycneme) qui n’est observé que dans les départements du Nord Est de la France.

Les chauves-souris, un taxon encore méconnu

Les connaissances des distributions de nombreuses espèces restent lacunaires dans la plupart des régions. Ceci s’explique notamment par leur discrétion, la difficulté de les étudier et l’évolution régulière des connaissances. Ainsi la Pipistrelle pygmée (Pipistrellus pygmaeus) n’a été décrite qu’au début des années 1990 et le Murin d’Alcathoe (Myotis alcathoe) au début des années 2000 !

Vigie-Chiro, une approche complémentaire des suivis chauves-souris

Certaines espèces rares font déjà l’objet de dénombrements réguliers notamment en hiver (comptage des individus dans leurs gîtes). Ces suivis montrent que dans le cas où l’on dispose de données chiffrées sur le long terme, la plupart des espèces sont considérées comme en déclin. A l’inverse, les espèces communes, réparties sur tout le territoire, sont souvent moins grégaires et occupent un grand nombre de gîtes dispersés aussi bien dans des milieux naturels que très anthropisés. Pour la majeure partie d’entre elles, leurs gîtes étant difficiles à suivre, la tendance des populations est inconnue.

Le suivi des chauves-souris communes, proposé dans le cadre de Vigie-Nature, repose sur un suivi des chauves souris lors de leurs activités de chasse. Il apparaît donc complémentaire des études développées sur les gîtes des espèces patrimoniales.