Indicateurs de services culturels

Entre 2001 et 2005, une « évaluation des écosystèmes pour le Millénaire » (the Millennium Ecosystem Assessment) a été conduite par des groupes d’experts internationaux pour évaluer les conséquences de l’évolution des écosystèmes sur le bien-être de l’Homme. Ces travaux ont identifiés trois types principaux de services écologiques que la biodiversité rend à l’Homme : des services de production (cultures vivrières par exemple, bois, ressources marines…), des services de régulation (stockage de carbone, lutte biologique…) et enfin des services culturels (liés au rôle de la biodiversité dans la culture des sociétés humaines). Cette dernière fonction est assez originale, et sa valeur est difficilement quantifiable. Elle peut être étudiée à travers les différentes représentations que l’Homme fait de la biodiversité dans ses productions culturelles.

Une approche que j’ai testée a été de rechercher quelles espèces d’oiseaux sont les plus citées dans la littérature française. Etant obligé de restreindre mes recherches, je me suis focalisé sur trois sources d’informations : les fables de La Fontaine (auteur du 17e siècle), les Contemplations de Victor Hugo (19e siècle), et les articles publiés dans LeMonde.fr entre 1987 et 2007 (contemporain donc, grâce à un moteur de recherche qui permet de savoir combien de fois un mot est cité dans les articles publiés depuis 1987). En retenant les espèces ou types d’espèces (hirondelle, perdrix) citées pour lesquelles des indices STOC sont disponibles, on peut construire des indicateurs incluant 15 espèces pour Les Fables de La Fontaine, 20 espèces pour Les Contemplations de Victor Hugo, et prendre les 15 espèces les plus citées dans les articles récents du quotidien Le Monde. Les 15 espèces ‘Jean de La Fontaine’ sont : Alouette (des champs), Perdrix (grise et rouge), Canard (colvert), Pigeon (ramier), Corbeau (freux), Hirondelle (rustique et de fenêtre), Faucon (crécerelle), Geai (des chênes), Milan (noir), Moineau (domestique), Rossignol (philomèle), Pie (bavarde) et Héron (cendré). Les 20 espèces ‘Victor Hugo’ sont : Alouette (des champs), Perdrix (grise et rouge), Moineau (domestique), Hirondelle (rustique et de fenêtre), Rossignol (philomèle), Fauvette (à tête noire), Merle (noir), Grive (musicienne), Caille (des blés), Bouvreuil (pivoine), Verdier, Martinet (noir), Mésange (bleue et charbonnière), Loriot, Epervier, Rougegorge, Tourterelle (des bois). Les 15 espèces ‘LeMonde.fr’ sont : Coucou (gris), Alouette (des champs), Corbeau (freux), Caille (des blés), Faucon (crécerelle), Martinet (noir), Verdier, Hirondelle (rustique et de fenêtre), Canard (colvert), Pie (bavarde), Pigeon (ramier), Corneille (noire), Rossignol (philomèle), Merle (noir).

On aurait pu prédire que les espèces populaires, citées dans les écrits ou illustrées, seraient des espèces plutôt abondantes et proches de l’homme, sans doute généralistes et qui se portent bien. Si cela est vrai quand on considère le Jardin des Délices de J. Bosch, ce n’est pas le cas pour les espèces les plus citées dans nos quotidiens contemporains.

JPG - 93.5 ko
 

Enfin, les espèces illustrées par Jérôme Bosch (1450-1516) dans son ’Jardin des Délices Terrestres’ (peint vers 1503-1504) constituent un quatrième groupe illustré ici. Les espèces bien identifiables sur son tableau sont : Canard colvert, Cygne tuberculé, Aigrette garzette, Cigogne blanche, Faisan de Colchide, Pic vert, Huppe fasciée, Martin-pêcheur, Rougegorge, Rougequeue à front blanc, Mésange charbonnière, Corneille noire, Geai des chênes, et Chardonneret élégant. Ce groupe est constitué d’espèces qui produisent un indicateur en très nette augmentation de 1989 à aujourd’hui, une augmentation même plus spectaculaire que celle des espèces généralistes.

 

Le Jardin des Délices Terrestres

 

Detail du tableau