La Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus)

Les pipistrelles lors de leurs activités de chasse et de déplacement émettent des ultrasons de type modulé aplanie. Si globalement les fréquences terminales diffèrent entre les 4 espèces, des zones de chevauchement existent. Dans le cadre du suivi des chauves souris commune nous avons retenu pour la Pipistrelle commune une fréquence terminale comprise entre 42kz et 52 kz.

guide d’utilisation de Syrinx ici

Exemple de cri en vol de croisière

Cette petite séquence est classique d’émissions ultrasonores d’une Pipistrelle commune lors d’activités de déplacement et de chasse. Un cri est émis en moyenne toutes les 0.08 seconde. On peu noté que la fréquence terminale est relativement peu variable (de 45.4 à 46.9 Khz) alors que l’étendue du cri est beaucoup plus variable (de 11.2 à 37.6Khz).

JPG - 77.7 ko

Cir43-2007-Pass1-Tron1/ Obs : Anne Laure Gourmand / Id : Anne Laure Gourmand

MP3 - 52.7 ko

Cir43-2007-Pass1-Tron1 Obs : Anne Laure Gourmand / Id : Anne Laure Gourmand

JPG - 248.3 ko

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cir43-2007-Pass1-Tron1/ Obs : Anne Laure Gourmand / Id : Anne Laure Gourmand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfois la partie modulée est trop faible pour être détectée

JPG - 56.9 ko
 
Cir21-2006 / Obs : Anne Sophie Gadot / Id : Anne Sophie Gadot

Les signaux ne sont pas forcément toujours "aussi propres" on peut parfois enregistré des échos, les harmoniques

JPG - 60.4 ko
 
Cir21-2006 / Obs : Christian Kerbiriou / Id : Christian Kerbiriou
JPG - 57 ko
 
Cir21-2006 / Obs : Anne Sophie Gadot / Id : Anne Sophie Gadot

 Exemples de cris sociaux

Le cri social classique se compose généralement de 4 ou 5 cris dont la fréquence est modulée aplanie se terminant vers 15-18 Khz. Les cris sociaux ont généralement une intensité plus forte que les cris classiques d’orientation. Dans le troisième exemple on ne détecte même pas le cri d’orientation.

JPG - 33.4 ko
 
Barlow & Jones 1997
JPG - 69.7 ko
 
Cir20-2006 / obs : EtienneSarrazin / Id : Jean François Julien
JPG - 71.4 ko
 
Cir20-2006 / obs : Antoine Griboval / Id : Jean François Julien

Un cri social un peu moins courant, noter qu’ici deux individus sont contactés (l’un émettant un cri social, l’autre un cri de déplacement) puisqu’elles ne peuvent pas émettre simultanément deux cris différents.

JPG - 129.4 ko

Ahlen, I. & Baagoe, H.J. 1999. use of ultrasound detectors for bats studies in Europe : experiences from field identification, surveys and monitoring. Acta Chiropterologica 1 : 137-150. Barataud, M. Ballades dans l’Inaudible CD Audio edition Sitelle. Barlow, K.E. & Jones, G. 1997. Function of pipistrelle social calls : field data and a playback experiment. Anim. Behav. 53 : 991-999. Obrist, M.K. Boesch R. 2004. Variability in echolocation call design of 26 Swiss bat species : consequences, limits and options for automated field identification with a synergetic pattern recognition approach. Mammalia 68 : 307 - 322 Parsons, S. & Jones, G. 2000. Acoustic identification of twelve species of echolocating bat by discriminant function analysis and artificial neural networks. The Journal of Experimental Biology. 203, 2641–2656 Pfalzer, G. & and Kusch, J. 2003. Structure and variability of bat social calls : implications for specificity and individual recognition J. Zool. Lond 261, 21–33. Russo, D. & Jones, G. 2002. Identification of twenty-two bat species (Mammalia : Chiroptera) from Italy by analysis of time-expanded recordings of echolocation calls. J. Zool. Lond. 258 : 91 - 103. JPG - 129.4 ko

 
Cir19-2006/Obs : Etienne Sarrazin/ Id : Jean François Julien

Quelques références bibliographiques