Murin de Daubenton (Myotis daubentonii)

Fichiers extraits d’enregistrements ultrasonore de Myotis daubentonii

Myodau1 : on reconnait ici un murin à la modulation en fréquence sans aplanissement (grande largeur de bande), la forme en "S" et la sonorité "claquante". Sur cette séquence, le Murin de Daubenton est l’espèce la plus probable, mais comme souvent avec les murins, d’autres espèces ne peuvent être exclue. Ici, il pourrait aussi s’agir du Murin à moustaches

WAV - 6.2 Mo
 
Myodau1
Left time expansion Right direct moving calls 30/08/2008 France, Oise, Gouvieux (49°12’N 02°25’E) lisière bois-champ de maïs Yves Bas

Myodau2 : une séquence plusieurs individus sont présents simultanéments. Certains cris ont probablement un caractère social car ils sont nettement plus longs et bas en fréquence. De même que pour la séquence précédente, le Murin de Daubenton est l’espèce la plus probable, mais ici le Murin de Cappaccini ne peut être exclu.

WAV - 6.7 Mo
 
Myodau2
Left time expansion Right direct moving and social calls 28/09/2009 France, Hérault, Balaruc-le-Vieux (43°29’N 03°42’E) lisière bois-champ de maïs Yves Bas

Distinction avec les autres murins : Le Murin de Daubenton fait partie d’un groupe qu’on pourrait appeler les "moyens murins" difficiles à distinguer sur enregistrement (avec les Bechstein, moustaches, Brandt et Cappaccini). On peut cependant le distinguer facilement des murins plus grands (Natterer, grands et petits) à sa fréquence terminale supérieure à 25 kHz, et des murins plus petits (échancré et Alcathoe) à sa fréquence terminale inférieure à 33 kHz.