Résultats par espèces

Comment lire les fiches "espèce" ?

 

Dans cette rubrique, les résultats du programme STOC sont présentés espèce par espèce, avec la carte nationale d’abondance relative (obtenue par interpolation spatiale) et l’indice de variations d’abondance. Pour accéder aux résultats d’une espèce, il suffit de la sélectionner dans le menu déroulant sur la gauche de l’écran.

Les pourcentages de variations des effectifs sont proposés pour trois périodes quand cela est possible : de 1989 à l’année en cours (toute la période de suivi STOC), de 2001 à l’année en cours et sur les 10 dernières années (période de temps utilisée pour définir le statut UICN de l'espèce). Explication des termes employés pour décrire la tendance :

- déclin, tendance linéaire négative significative (P<0.05) sur le long terme (depuis 1989) ;
- diminution, tendance linéaire négative significative (P<0.05) sur le moyen terme (depuis 2001) ;
- augmentation : tendance linéaire positive significative (P<0.05) sur le long ou le moyen terme ;
- non significatif : tendance linéaire non significative (P>0.05) ;
- stable : tendance linéaire non significative et pas de variations inter-annuelles significatives.

Un texte court est proposé pour décrire ou interpréter les tendances observées, et quand l’espèce est suivie au niveau européen, un lien direct est proposé vers la page de l’espèce sur le site de l’EBCC (qui met en ligne les tendances européennes, incluant les données françaises).

Le choix a été fait de prendre en considération un maximum d’espèces, 175 ici, même si les informations disponibles pour certaines ne sont pas assez importantes pour estimer correctement des variations temporelles d’abondance. L’idée est que si le réseau se développe dans les zones où ces espèces sont présentes, elles pourraient facilement devenir correctement suivies.

Les tendances des effectifs nicheurs

L’indice est fixé arbitrairement à 1 en 2001 pour toutes les espèces, sauf quelques unes pour lesquelles les tendances ne peuvent être estimées qu’à partir de 2002. Les tendances sont estimées à l’aide de modèles log-linéaires qui prennent en compte un effet « apprentissage ». Les observateurs STOC effectuent depuis 2001 des suivis de populations d’oiseaux sur des carrés tirés au sort, qu’ils ne connaissent a priori pas. Ils ne savent donc pas en règle générale quelles espèces précises ils observeront sur leurs points d’écoute.

Il se peut donc qu’entre la première année de suivi d’un site (découverte du carré tiré au sort) et les années suivantes, la détection des espèces augmente : plus d’espèces, ou plus d’individus par espèce (familiarisation avec la méthode de relevé). On appelle cela l’effet « apprentissage », mis en évidence il y a déjà longtemps dans les jeux de données de Breeding Bird Survey nord-américains (Kendall, Peterjohn & Sauer 1996, The Auk 113 : 823-829).

La proportion d’augmentation des effectifs entre la première année de suivi d’un site et les années suivantes est de l’ordre de 4%, mais il diminue très rapidement de 2001 à 2003 (environ 2% par an). Cet effet étant restreint et limité aux années 2001-2002 surtout, lorsque la plupart des observateurs ont appris à utiliser la méthode de comptage STOC, et les séries temporelles considérées étant de plus en plus longues, l’effet de cet apprentissage reste très limité sur les tendances à long terme.

Les cartes d'abondance relative

La large couverture spatiale des sites suivis au niveau national et la standardisation de recueil des données permettent l’étude des variations spatiales de l’abondance relative des espèces communes. Pour chaque carré suivi, on calcule le nombre total d’individus d’une espèce pour l’ensemble des 10 points.

On obtient ainsi une valeur d’abondance relative de l’espèce, obtenue dans une unité de surface fixe (un carré STOC, soit 4 km2) selon un protocole standardisé (même durée d’écoute sur 10 points distincts). A partir de ces valeurs d’abondance relative, on peut utiliser des outils de statistiques spatiales pour interpoler l’abondance relative d’une espèce à l’ensemble du territoire national (modèles de krigeage). Cette méthode permet notamment de tenir compte de l’hétérogénéité de densité de carrés STOC suivis.

La représentation graphique de ces variations spatiales est une véritable carte nationale d’abondance relative pour l’espèce considérée. Avec ce type de carte, il devient possible de déterminer les bastions d’abondance des espèces communes. La coloration sur les cartes représente l’augmentation de l’abondance relative, du clair au foncé. La coloration la plus claire n’implique pas une absence de l’espèce, mais une abondance relative négligeable par rapport à celle mesurée sur l’ensemble des carrés EPS ailleurs en France.

Crédits photographiques

Nous tenons à remercier vivement tous les photographes qui ont bien voulu nous prêter des photos pour illustrer ces pages STOC :
- Aurélien Audevard http://audevard.aurelien.free.fr/
- Alain Fossé http://www.digimages.info/
- Christian Kerihuel http://christian.kerihuel.free.fr/
- Denis Christen http://www.oiseaux.net/
- Didier Collin http://www.oiseaux.net/
- Hervé Michel http://perso.orange.fr/michelhp/
- Miguel Vergès http://www.sentiers-sauvages.com/
- Mike Danzenbaker http://www.avesphoto.com/
- Pascal Dubois http://www.oiseaux.net/
- Romain Riols
- Florie Johannot
- Frédéric Jiguet